Vous êtes ici : 

Le document du mois de novembre

Les marges fantastiques de la comptabilité médiévale


Les lettrines du compte du receveur du comte de Nevers (le futur Jean sans Peur), à la fin xive siècle, sont remplies de figures qui prennent place dans les marges du registre en parchemin. Portraits grotesques ou caricaturaux (barbe bifide, grandes oreilles, bouche édentée, langue pointue), animaux fantastiques, objets de la vie quotidienne : c’est toute l’imagination du comptable, et toute la fantaisie médiévale qui s’exprime dans ces marges fantastiques. On est plus près de la peinture de Jérôme Bosch que de la gravité des juges de la Chambre des comptes de Bourgogne…

 

La comptabilité n’a pas la réputation d’être la discipline la plus guillerette. Et pourtant les documents comptables conservés, pour la Bourgogne, aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sont une source incroyablement riche et pittoresque de l’histoire du Moyen Âge. D’abord par leur contenu. Ainsi, par exemple, le document coté B 5518 ; ce compte que Jean de Velery rend au comte de Nevers (le futur duc Jean sans Peur) pour les années 1398-1399 regorge de détails : don fait à un valet de Cologne (« Couloigne sur le Rin ») qui avait apporté au comte, de la part du chapitre, un chef (c’est-à-dire un crâne) de l’une des 11.000 Vierges (il s’agit des compagnes martyres de sainte Ursule, qui ont donné beaucoup de reliques…) ; paiement à Ernoul Lalement, orfèvre et graveur de sceaux, pour avoir fait et forgé le sceau aux armes du comte, avec une bourse en soie pour mettre le sceau ; paiement à Micheil Marcati, marchand de Lucques, de « deux pieces de satin figuré de veloux vert » dont on a fait une houppelande pour le comte ; aumône pour Pierre Treuchot, « ydiote personne »…

 

Mais ce registre de compte serait semblable aux centaines d’autres registres de même nature s’il ne se caractérisait pas par des dessins dans ses marges.

 

Le receveur, ou son clerc, laisse aller son imagination et son talent de dessinateur. Les figures qu’il représente, enchâssées dans les lettrines par lesquelles il commence ses paragraphes, sont parfois en rapport avec le contenu de l’opération comptable ou le nom du vendeur, mais parfois sans lien direct avec la lettre. Ces dessins à la plume entrent dans le cadre des marginalia médiévales, inspirées parfois par une imagination débridée. Les marges à drôleries, que l’on trouve dans les manuscrits littéraires ou de dévotion aux xiiie et aux xive siècles, montrent des scènes de genre parfois en décalage avec le contenu même du texte :  « la chasse, les jeux guerriers et pacifiques, la musique, la danse et la jonglerie, le loisir courtois, enfin la satire du système religieux, allant de l’anticléricalisme au blasphème » (Jean Wirth). Les dessins de 1398-1399 sont ici plus restreints : portrait esquissé, objet de la vie quotidienne, un animal. Mais ils forment une galerie de portraits caricaturaux d’hommes et de bêtes, d’objets de la vie quotidienne. Ils ne sont pas le résultat d’un programme iconographique cohérent et pensé ; ils s’apparent davantage aux griffonnages que l’on fait aujourd’hui, avec plus ou moins de talent, durant une conversation téléphonique ou une réunion qui se prolongent. Certains portraits sont plus près du fantastique que du fantaisiste, plus de Jérôme Bosch que d’un sage enlumineur. C’est pourquoi les légendes subjectives faites par l’archiviste du xxie siècle oscillent parfois entre le fantaisiste et le fantastique. Peut-être faut-il voir dans l’exubérance de ces dessins un reflet de la joie du retour de captivité du comte de Nevers, qui avait été fait prisonnier par le Turc à la bataille de Nicopolis, alors qu’il guerroyait pour la croisade à la frontière des actuelles Bulgarie et Roumanie, en 1396 ?

 

Suivons le parcours et les dépenses du comte de Nevers, illustrés par ces drôleries marginales :

 

Image

Folio

Légende

Texte

une_112017_FRAD021_B5518_004.jpg

4

Un chauve qui tire la langue

Dîner à Hesdin et coucher à Saint-Pol-sur-Ternoise

une_112017_FRAD021_B5518_006.jpg

6

Bâton rompu

Gîte à Saint-Denis

une_112017_FRAD021_B5518_032.jpg

32

Tenant en son bec une perle

Voyage de Châtillon à Rouvres, via Magny-Lambert, Chanceaux et Saint-Seine

une_112017_FRAD021_B5518_038v.jpg

38v

Barbapapa

Gîte à Châtillon-en-Bazois

une_112017_FRAD021_B5518_043.jpg

43

Chapeau pointu, nez long et bouche édentée

Gages des gens et chevaux de l’hôtel pour juillet 1400

une_112017_FRAD021_B5518_044v_01.jpg

44v

Langue en pointe

Dépense des chevaux

une_112017_FRAD021_B5518_044v_02.jpg

44v

Barbe pointue, mine inquiétante

Dépense de l’écurie

une_112017_FRAD021_B5518_059.jpg

59

Les yeux écarquillés

Dons faits à plusieurs personnes : frère Martin Porée, confesseur du comte ; Thomas d’Alemaigne, etc.

une_112017_FRAD021_B5518_072.jpg

72

Drôle de lièvre

Don à Thierry Gherbode, secrétaire du comte

une_112017_FRAD021_B5518_073.jpg

73

Chapeau pointu

Don a Henart Lich, sommelier, qui avait apporté au comte les étrennes du duc son père le 1er janvier

une_112017_FRAD021_B5518_075.jpg

75

Barbe fourchue et chaperon

Don à Jehan d’Epernay, clerc d’Oudart de Renty, pour avoir une robe

une_112017_FRAD021_B5518_077_01.jpg

77

Mortier et son pilon

Paiement à Adenet de Baumes, épicier et valet de chambre du comte

une_112017_FRAD021_B5518_077_02.jpg

77

Poisson parlant

Paiement à Guiot Poissonnier, épicier demeurant à Dijon

une_112017_FRAD021_B5518_077v.jpg

77v

Bouche à l’envers

Autre paiement à Guiot Poissonnier, épicier demeurant à Dijon

une_112017_FRAD021_B5518_079.jpg

79

Grandes oreilles

Don à Pierre Heyns, contrôleur des comptes des officiers du comte

une_112017_FRAD021_B5518_080_01.jpg

80

Hanap

Achat de joyaux, vaisselle et autres orfèvreries

une_112017_FRAD021_B5518_080_02.jpg

80

Tête de changeur

Paiement à Girart Marriot, changeur, pour de l’or à 20 carats dont on a fait une ceinture pour le comte

une_112017_FRAD021_B5518_081.jpg

81

Tireur de langue

Paiement à Pierre Boybin, orfèvre, pour avoir mis de l’argent et de l’or sur 12 aiguillettes sur soie

une_112017_FRAD021_B5518_085.jpg

85

Femme voilée

Paiement à Gauvain Trente, marchand à Paris, pour du satin dont on a fait deux houppelandes pour Régnier Pot et Mgr de Saint-Georges.

une_112017_FRAD021_B5518_087v.jpg

87v

Le héron et le serpent

Paiement à Jehan Douay, marchand de Dijon, pour du drap vert gay dont le comte a fait deux houppelandes à chevaucher, « brodées de sa devise », qu’il a données à Régnier Pot et à Mgr de Saint-Georges.

une_112017_FRAD021_B5518_089.jpg

89

Tête nue

Paiement à Jehan de Neauville, drapier de Dijon

une_112017_FRAD021_B5518_090.jpg

90

L’homme au turban

Paiement à Phelipot du Mont, marchand à Paris, pour du menu vair dont on a fait « quatre houppelandes longues de satin signé a feuillage vert sur champ de graine ».

une_112017_FRAD021_B5518_092v.jpg

92v

Esquisse de portrait

Paiement à Jorart Scaillebert, drapier de Lille, pour du « drap tant vert gay vert brun comme blanc »

une_112017_FRAD021_B5518_0103.jpg

103

Frisettes et barbe pointue

Paiement à Jehan de Mes, coutelier, pour avoir rémoulu et nettoyé les couteaux à tailler sur table

une_112017_FRAD021_B5518_0105.jpg

105

Cheval

Paiement de 36 serviettes et d’un drap de damas noir

une_112017_FRAD021_B5518_0107v.jpg

107v

Étui ou boîte

Paiement à Richart March, gainier à Rouen, pour la façon d’un étui de cuir à mettre la nef et une salière

une_112017_FRAD021_B5518_0108v.jpg

108v

Cor de chasse

Paiement à Thomas Walpole, marchand d’Angleterre, « pour quatre grans cors pour chace »

une_112017_FRAD021_B5518_0109.jpg

109

Traits esquissés

Paiement à Jehan de Douay, tapissier de Paris, pour avoir « rappareillié III tapis d’une chambre aux cynes de Mgr ».

 

ADCO, B 5518* : Registre de compte de Jean de Velery, receveur du comte de Nevers (1398-1399) ; référence aimablement communiquée par M. Rudi Beaulant, doctorant en histoire médiévale de l’université de Bourgogne ; qu’il en soit vivement remercié.

Bibliographie : Jean Wirth, Les marges à drôleries dans les manuscrits gothiques, Droz, 2008.

 

> consulter la brochure

 

 

< Retour aux actualités